Domingo 24 de Septiembre de 2023
El portal de la papa en Argentina
0%Variación precio
puestos MCBA
  • Intervalos nubososBalcarceBuenos Aires, Argentina
    - 14°
  • Cielos nubososVilla DoloresCórdoba, Argentina
    20° - 24°
  • Cielos nubososRosarioSanta Fe, Argentina
    13° - 22°
  • Cielos nubososEstacion UspallataMendoza, Argentina
    - 21°
  • Cielos nubososCandelariaSan Luis, Argentina
    19° - 30°
  • Cielos nubososChoele ChoelRío Negro, Argentina
    - 20°
  • Cielos cubiertos con lluvias débilesSan Miguel de Tuc.Tucumán, Argentina
    19° - 25°
Ampliar
 Buscador de Noticias
Norte Am. 31/05/2023

Canadá: Des dizaines de producteurs de patates en péril au Québec

Ils craignent que de nouvelles lois viennent leur enlever l’eau dont ils ont besoin.

Francis Desrochers dans son champ de patates de Saint-Paul de Joliette. Il dirige avec sa conjointe, Ninon Perreault, l’entreprise Maxi-Sol.

Plus d’une trentaine de producteurs de patates pourraient être rayés de la carte d’ici deux ans si Québec leur limite l’accès à l’eau en raison d’une nouvelle loi environnementale, a soutenu leur syndicat en entrevue au Journal.

«Sans eau, on ne fait plus de pommes de terre. Une trentaine d’entreprises, et peut-être même plus, risquent de fermer», va jusqu’à dire Francis Desrochers, président des Producteurs de pommes de terre du Québec (PPTQ), dont les ventes des entreprises membres frisent les 180 M$ par année.

«Il faut une réglementation spécifique. On nourrit des gens. Trois fois par jour, les gens mangent. On utilise bien l’eau. On a changé nos technologies», assure celui qui cultive des patates depuis 1986.

Au Journal, il pointe du doigt une nouvelle réglementation du ministère québécois de l’Environnement qui empêchera les cultivateurs d’irriguer leurs cultures comme ils l’entendent en 2025.

Francis Desrochers, président des Producteurs de pommes de terre du Québec

PHOTO FRANCIS HALIN

Francis Desrochers, président des Producteurs de pommes de terre du Québec

 «On va frapper un mur», martèle Francis Desrochers des PPTQ.

Au Québec, on cultive la patate à peu près partout, mais trois régions se distinguent avec plus de la moitié de la production: la Capitale-Nationale (24%), Lanaudière (23%) et le Saguenay–Lac-Saint-Jean (15%), selon le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

«La pomme de terre est le légume le plus consommé au Canada. Il s’agit également du légume le plus cultivé au Québec», mentionne le MAPAQ.

Le ministère de l’Environnement se défend

Au cabinet du ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP), Benoit Charrette, on défend cette nouvelle approche.

D’après le ministre, il fallait d’urgence de nouvelles règles pour s’assurer de mieux protéger l’agriculture près des cours d’eau québécois.

«L’eau est une richesse naturelle nationale au Québec et nous nous sommes engagés à la protéger. C’est dans cette optique que le MELCCFP et le MAPAQ ont travaillé en collaboration afin de mettre de nouvelles exigences visant l’agriculture en littoral et le lavage des fruits et légumes», a expliqué au Journal son attachée de presse Mélina Jalbert.

Francis Desrochers dans son champ de patates de Saint-Paul de Joliette. Il dirige avec sa conjointe, Ninon Perreault, l’entreprise Maxi-Sol.

PHOTO D’ARCHIVES, STEVENS LEBLANC

«Afin d’accompagner le milieu agricole dans cette transition, une période de conformité réglementaire de quatre ans est mise en place, lors de laquelle une démonstration de volonté réelle de changement ou d’amélioration des pratiques sera demandée», a-t-elle poursuivi.

«Dans le cas de mauvaise foi, des sanctions pourront toujours s’appliquer», conclut-elle.

Fuente: https://www.journaldemontreal.com/2023/05/26/des-dizaines-de-producteurs-de-patates-en-peril-au-quebec


Te puede interesar