Domingo 25 de Septiembre de 2022
El portal de la papa en Argentina
6.9%Variación precio
puestos MCBA
  • Cielos nubosos con lluvias moderadasBalcarceBuenos Aires, Argentina
    10° - 19°
  • Cielos nubosos con lluvias moderadasVilla DoloresCórdoba, Argentina
    - 20°
  • Intervalos nubososRosarioSanta Fe, Argentina
    11° - 22°
  • Cielos despejadosEstacion UspallataMendoza, Argentina
    - 13°
  • Cielos nubosos con lluvias débilesCandelariaSan Luis, Argentina
    11° - 22°
  • Cielos nubososChoele ChoelRío Negro, Argentina
    - 19°
  • Cielos despejadosSan Miguel de Tuc.Tucumán, Argentina
    10° - 25°
Ampliar
 Buscador de Noticias
Europa 10/08/2022

Francia: Risque-t-on une pénurie de pommes de terre en France à cause de la sécheresse ?

Les périodes de sécheresse qui s’enchaînent en France en cet été 2022 soulèvent les inquiétudes quant à une potentielle pénurie de pommes de terre, plante très gourmande en eau. Doit-on craindre une pénurie de patates ?

Les vagues de chaleur menacent-elles les patates en France ? La sécheresse qui s’étend cet été 2022 sur le territoire français soulève les inquiétudes quant à la production de pommes de terre, variété de tubercule très sensible au stress hydrique. Éléments de réponse sur cette crainte de pénurie.

Doit-on s’inquiéter ?

« Nous sommes certes dans une configuration climatique qui n’est pas optimale, mais il ne faut pas s’alarmer outre mesure, affirme Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Les pommes de terre sont produites en Bretagne, dans le nord de la Normandie et le nord du bassin parisien. Ce sont des régions de France moins sensibles à la sécheresse. L’effet sur le rendement est moins marqué que sur d’autres cultures », souligne-t-il.

Si ce dernier se veut rassurant, pour Geoffroy d’Evry, président de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT), « force est de constater que la production est en avance par rapport aux années précédentes. » Et d’ajouter : « D es chocs de température aussi importants, et de manière répétée, soulèvent une inquiétude légitime quant au volume de production, en qualité comme en quantité. »

Quelles seraient les conséquences de la sécheresse sur les pommes de terre ? « La qualité des sols joue un rôle essentiel dans la production de ces patates, qui sont d’ailleurs constituées majoritairement d’eau, explique Christian Huyghe. Plus le sol contient une réserve utile – soit une quantité d’eau – importante, plus la plante peut pousser longtemps. Si le sol est asséché, la plante s’arrêtera de pousser plus vite. On se retrouve donc avec des pommes de terre plus petites. »

Adapter nos outils pour répondre au réchauffement climatique

« Nous ne sommes pas habitués à de tels coups de chaleur », renchérit André Donval, producteur de plants de pommes de terre près de Landivisiau (Finistère). « Lorsque le sol est aussi sec, il s’effrite beaucoup plus facilement pendant la récolte. Il ne protège pas la pomme de terre lorsqu’elle est arrachée, et elle s’abîme. »

Le rendement, en termes de production et de qualité, sera donc assez hétérogène. « Pour autant, ajoute l’agriculteur, je n’irai pas comparer cette sécheresse actuelle avec celle que nous avions subie en 1976 : à l’époque, les pommes de terre avaient terminé leur cycle de végétation sans avoir été touchées par une seule goutte d’eau ! »

Concernant les impacts de la sécheresse sur cette production, « on ne peut pas encore parler de pénurie », estime le président de l’UNPT. « Il est cependant certain que le dérèglement climatique aura des conséquences non négligeables sur le rendement de la patate sur le plan européen. À nous d’adapter nos outils pour répondre au mieux à ces à-coups ! » En attendant, « en cas de situations météorologiques spécifiques comme c’est le cas actuellement, les industriels et les producteurs dialoguent pour adapter les besoins des premiers à la réalité des conditions de production des seconds » .

Accepter les variations de rendement

La pomme de terre est une espèce qui présente tous les ans des grandes variations de rendements. « Nous avons la mémoire courte quand il s’agit des aléas climatiques : l’année 2022 est certes la plus sèche que l’on ait connu depuis 1956, mais l’année 2021 était la plus humide depuis 1974, au cours de laquelle nous avions un excédent de patates », rappelle Christian Huyghe.

Pour lui, l’enjeu alors est l’acceptation par le consommateur des variations de production de pommes de terre. « Nous sommes face à un système agricole et agroalimentaire qui s’est construit autour de l’idée qu’il n’y a pas de fluctuation de rendements entre années. Pourtant, le réchauffement climatique à l’heure actuelle se traduit déjà par une augmentation de ces variations. Le grand défi tient au fait d’accepter ces aléas, sans vouloir à tout prix avoir une production homogène au fil des ans. »

Faudrait-il développer des variétés de patates plus résistantes aux sécheresses ? « On le fait déjà , répond Christian Huyghe. Les variétés de pommes de terre sont d’abord testées pour évaluer leur résistance aux maladies, mais aussi aux aléas de la météo, afin d’étudier leur adaptation aux périodes de sécheresse. » L’objectif principal ? « Tenter d’anticiper au mieux ces changements climatiques, pour mettre les bonnes variétés de tubercule en terre. »

Des efforts à faire en termes d’irrigation

Pour Geoffroy d’Evry, il est primordial d’axer nos efforts sur l’enjeu de l’irrigation. « L’irrigation est un outil d’assurance, qui permet de garantir une production volumineuse et de qualité, même en période de sécheresse. La France est un grand exportateur de pommes de terre : il nous faut garder cet avantage. On ne peut se permettre de faire du gâchis alimentaire à cause de normes trop restrictives. »

Devrait-on mettre en place un système d’irrigation sur toutes les terres agricoles ? « En Bretagne, il est rare de devoir irriguer, la région est normalement bien arrosée, répond André Donval. En revanche, si le climat continue à évoluer vers des chaleurs toujours plus fortes, c’est sûr qu’on devra finir par s’y mettre aussi, mais cela représente des équipements, des investissements qui ne sont pas forcément adaptés à tous les terrains. »

Ce qui est certain ? « Les producteurs font face à des coûts de production qui sont plus élevés, ce qui se répercute sur le prix des tubercules, explique l’agriculteur. L’acheteur doit mettre la main à la poche, et accepter cette augmentation, sans quoi le marché de la patate va décliner. »

Fuente: https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-08-04/risque-t-on-une-penurie-de-pommes-de-terre-en-france-a-cause-de-la-secheresse-3094ed23-eb1f-4ce2-879b-d34ae6d9b66d


Te puede interesar